Le costume porté dans l’Ile de Marken

Le costume porté dans l’Ile de Marken se distingue par de multiples détails coloriés et faits main. Marken est un des rares endroits en Hollande où le costume folklorique se porte encore dans la vie de tous les jours.

Le costume masculin:
Les hommes de Marken  -adolescents et adultes-  gagnaient leur pain en tant que pêcheurs.
Leur métier exigeait un vêtement adapté laissant libres les jambes et les pieds et protegeant en même temps du froid, de l’eau et du vent. Pour cette raison leurs pantalons sont larges, pourque le vent les sèche vite. La taille est tenue au chaud par une sorte de corselet rouge, fait de garance et que l’on nomme “de gezondheid” (la santé). Les blouses sont munies de cols brodés, où se trouvent, à côté des boutonnières, les prénoms du porteur et ceux de son père.
Autour du cou est noué un tissu à carreaux rouges: le ”doki”;  à celui-ci sont attachées de petites boules faites de noeux de corde que l’on nomme “akertjes”.

Le costume féminin:
Le costume de tous les jours  porté par les femmes de Marken se compose d’un blouson en coton blanc avec des manches en coton aux rayures rouges/blanches/noires. Ce blouson s’appelle “de mouwen” (les manches)  parce que l’on n’en voit que les manches.
Par-dessus  “de mouwen”  elles portent un magnifique  “het middelde” à fleurs, une sorte de corselet, renforcé de baleines. Sur ce  “middelde” elles mettent un genre de boléro (voorpanden)  avec, sur le devant, des pans rouges, et, derrière,  un pan en soie bleue, verte ou violette.
Endeuillées,  les femmes ont les manches du blouson en rayures blanches/noires, le ”bauw” en noire, et les couleurs de leur “middelde” sont en demi-teinte,  avec le pan de derrière en vert foncé.

A travers la poitrine elles fixent, au moyen d’épingles, un tissu carré de coton colorié, appelé “de bauw”.  Sous la jupe en laine noire elles mettent un jupon tout en couleurs. Chez elles, elles portent en plus un tablier blanc; ailleurs elles portent un “boezel” bleu appelé “het kerre blauwtje”. Celui-ci, de couleur très vive,  est muni en haut d’un petit tissu à carreaux (het stikkie). Les habitants de Marken étaient logés à l’étroit et devaient partager les quelques pièces avec des familles entières. C’est pourquoi les femmes pliaient leurs “boezel”en tout petits paquets qu’elles conservaient dans de petites boîtes. Sur le “boezel”on voit distinctement les empreintes des plis, en forme de petits carrés.

Autrefois le costume était complété d’un bonnet composé de 12 parties différentes, appelé la grande coiffe. Les Pierewaaiers portent la coiffe des jeunes filles, qui se compose de 7 parties qui se tiennent au moyen d’épingles
(Source: Inwoners van Marken en Zuiderzeemuseum.)